25 logements sociaux et crèche de 68 berceaux - Paris XX

L’ opération concerne le lot E2 du secteur d'aménagement Paul Meurice, 20ème arrondissement de Paris, situé dans un quartier en pleine mutation, hétérogène. Derrière la rue des Frères Flavien, le tissu du faubourg des Lilas évoque la manière dont l’urbaniste souhaite densifier les lots E. Ces venelles-jardin, le long desquelles se développent des fronts urbains de petite taille (pavillons mitoyens bas en R+1, immeubles ne dépassant pas R+3 ou R+4) doit se prolonger sur les lots E1 et E2, assurant des continuités piétonnes et paysagères, existantes ou latentes, à intensifier ou à recréer.
 
Une cohabitation crèche/logements, volumes imbriqués aux usages indépendants
 
La crèche est positionnée aux deux derniers niveaux du bâtiment B, tournée vers le cœur de l’ilot. Un RDC partiel est limité aux entrées et sorties des parents et de leurs enfants. Deux étages entiers (R+3 et R+4) sont ensuite dédiés aux unités d’accueil et services des employés de la crèche. Son fonctionnement est optimal, condensant sur deux niveaux les unités d’accueil, bureaux et services divers.
 
Implanter une crèche sur le toit offre également la possibilité unique d’offrir aux enfants un magnifique jardin ouvert sur le ciel.
 
Les 25 logements sociaux sont répartis en deux immeubles distincts, séparés par un jardin central : 15 logements occupent le bâtiment A. Cet immeuble, en R+5 partiel est un édifice résolument urbain, proche d’immeubles de rapport du centre ville parisien. 10 logements s’implantent dans les premiers niveaux du bâtiment B. La configuration de ces logements est atypique, et s’apparente à celle de logements intermédiaires. Cette disposition fait sens dans le contexte des Lilas, en continuité des villas présentes en cœur d’ilôt à l’Est du site de projet.
 
Des immeubles en parement de brique pleine, en cohérence avec les immeubles du secteur d'aménagement
 
Les deux bâtiments sont construits selon la même logique constructive, en ossature bois. La matérialité en brique pleine est la même pour la crèche et les logements, participant à ambiguïté d’imbrication d’un programme de crèche dans un immeuble de logements.

lieu : secteur d'aménagement paul meurice, paris xx • programme : 25 logements collectifs sociaux, crèche de 68 berceaux • surfaces : 967 m² sdp / 985m² su (crèche), 1772 m² sdp / 1619 m² shab (logements) • client : élogie-siemp, dfpe • équipe : nicolas lombardi architecture (mandataire), hub architectes (associés), eoc (structure), innovations fluides (cvc, thermique), atec (économiste), transsolar (hqe), alternative (acoustique), bianchimajer (paysagiste) • mission : complète loi mop • budget : 6,5 m € • performances énergétiques : plan climat ville de paris - rt 2012 - e+/c- niveau e3/c2 • calendrier : lauréat 2018 - APS en cours

Slider

 

Co-working et logistique urbaine - Port de Tolbiac

Barges et Berges propose des synergies sur l’Axe Seine par la mixité des usages, la mobilité fluviale et la saisonnalité des besoins. Entre Le Havre et le cœur de Paris, il développe un ensemble de bateaux nomades et une construction fixe sur berges. Rouen est le lieu de construction de la superstructure des Barges.
 
Le port de Tolbiac est une porte d’entrée fluviale historique de la ville. Il profite d’une topographie favorable à la superposition du coworking au niveau du quai haut avec de la logistique urbaine et du sport au niveau quai bas.
 
Cette configuration en cascade offre une vue sur le paysage de la Seine jusque dans la profondeur du quartier. Deux passerelles desservent respectivement le pont principal et le pont terrasse des barges, à 6 mètres au-dessus du fleuve, dessinant ainsi avec le hall commun de l’immeuble un parcours complet en front de Seine.
 
Le coworking se développe sur deux niveaux et demi. Des terrasses et loggias en continuité des espaces communs et salles de réunions, augmentent l’agrément et la qualité des conditions de travail. Le troisième niveau domine la Seine avec des larges terrasses, accessibles à tous.
 
Le socle du bâtiment sur quai est dédié à la logistique urbaine. L’accès se fait en continuité des activités industrielles au nord-ouest du bâtiment et contribue aux usages logistiques du site.

lieu : port de tolbiac, paris XIII • programme : co-work, logistique, équipement sportif • surfaces : 4 296 m² sdp (sur berges), 1 590 m² sdp (sur fleuve) • maîtrise d’ouvrage : barges et berges, théop (co-promoteurs) • équipe : nicolas lombardi architecture (co-traitant), brs architectes (mandataire), youri guedj (naval), transsolar (hqe) • mission : concours restreint - réinventer la seine • budget : 11.1 millions € (immeuble sur berges), 3.3 millions € (équipements flottants) • performances énergétiques : démarche bioclimatique • calendrier : 2017 - projet lauréat

Slider

 

Surélévation MC - Paris VIII

L’immeuble a été construit par Gustave Eiffel, à l'origine occupé par des ateliers d’artistes. Les logements sur rue bénéficient d’une hauteur sous plafond plus importante avec des volumes de plus grande hauteur comportant des mezzanines.
 
Le logement à agrandir est implanté en R+3 sur cour, se superposant à des logements en simplex de propriétaires différents et est mono-orienté au Sud-Est. Il est composé d’un volume sous plancher de comble intégrant entrée, chambre, salle de bain, cuisine, et d’un volume en double hauteur pour le séjour et une suite parentale en mezzanine.
 
Le programme consiste en la surélévation du logement, pour une surface d’extension estimée à 30 m². La surélévation intègre l’ajout d' une chambre supplémentaire et d’une salle de bains.
 
Le volume de surélévation est posé sur le plancher de combles. Un retrait de 1 m par rapport à la limite de façade existante permet d’ouvrir des vues principales sur la cour conformément au PLU de Paris. Des volets coulissants, métalliques, jouent le rôle de filtre visuel pour les différentes pièces de la surélévation.
 
L’escalier créé pour desservir le nouveau volume est prolongé à l'extérieur en toiture, exploitant une terrasse jardin de 25 m².

lieu : rue du Faubourg Saint Honoré, Paris VIII • programme : surélévation d’un immeuble en ossature métallique • surfaces : 35 m² shab • client : privée • équipe : nicolas lombardi architecture (mandataire), heros architecture (associé), eoc engineers (BET Structure) • mission : complète • budget : 100 000 € • performances énergétiques : démarche HQE • calendrier : 2018 - en études

Slider

 

Restructuration de l'immeuble Europa 92 - Levallois Perret

Europa 92 est un bâtiment bien construit. Relativement récent, il est daté, dans son style à cause de quelques éléments choisis lors de sa construction par effet de mode, comme les vitres miroir, les modules carrés, les remplissages des menuiseries, obsolètes thermiquement.
 
Le traitement de la transparence pose problème, avec des doubles vitrages teintés mais sans protections solaires extérieures, qui créée des conditions d’éclairement et de rendu des couleurs médiocre.
 
L’intervention consiste en une clarification des adresses et l’ajouts d’éléments architecturaux structurants implantés à des endroits stratégiques de l’immeuble :
 
- deux atriums, monumentaux, reconfigurent totalement les deux halls d’entrée du complexe. Les deux volumes généreusement vitrés, espaces tampon entre intérieur et extérieur, qui permettent d’adresser les halls sur rue en venant combler les grands parvis en arc de cercle.
 
- deux extensions : sur cour, elles viennent se poser sur la dalle de RDC existante, et permettent d’épaissir en étages courants les plateaux de bureau les plus fins (13 m de profondeur actuelle portées à 18m dans le projet).

Les espaces du socle existant , relativement profonds et sombres, sont percés de trois patios. Ceux-ci permettent d’éclairer naturellement une grande partie du business center d’une part ; le RIE réimplanté en R-1 d’autre part.
 
Le décaissé et l’amincissement du corps du RDC comportent plusieurs avantages : il permet d’accentuer les transparences entre rue et cour, à travers la création de nombreuses percées visuelles, et d’augmenter la surface des terrasses accessibles de l’immeuble.

lieu : rue anatole france, levallois perret (92) • programme : restructuration et extension de l’immeuble europa • surfaces : 28 350 m² sdp • clients : ardian, lasalle investment • équipe : nicolas lombardi architecture (architectes co-traitants), hardel et le bihan architectes (mandataire), atelier jes (designers), niez studio (paysage), evp (structure), innovations fluides (fluides), vpeas (économiste), gaury (cuisiniste) • mission : complète • budget : 48 millions € • performances énergétiques : breeam very good • calendrier : concours 2017

Slider

 

Habiter sur l'eau - Le Havre

Barges et Berges propose des synergies sur l’Axe Seine par la mixité des usages, la mobilité fluviale et la saisonnalité des besoins. Entre Le Havre et le cœur de Paris, il développe un ensemble de bateaux nomades et une construction fixe sur berges. Rouen est le lieu de construction de la superstructure des Barges.
 
Au bassin Vatine, la liaison avec le nouveau Jardin Fluvial quai de Saône dessine un axe le long de la rue Léon Eudier qui peut traverser le bassin. Les barges fonctionnent en synergie avec l’offre existante. Leur présence éphémère en augmente l’attractivité. Des activités sportives estivales comme le kayak ou la rame s’organisent depuis une barge dédiée aux sports.
 
Les barges se positionnent de part et d’autre de l’axe de la rue. Parmi elles, «Le Grand coliving» accueillera 22 appartements. L’accès s’effectue par un jardin installé entre le quai et la barge.
 
Cet espace vert, où sont plantés des roseaux et végétaux locaux, joue le rôle de phytoépuration. Un réseau d’escaliers pentographiques connecte des paliers au quai à cinq coursives traversant le jardin et menant aux entrées principales du bâtiment flottant.
 
En période d’eaux basses, une passerelle prend appui sur le jardin et relie l’établissement flottant au quai haut.

lieu : bassin Vatine, le havre (76) • programme : co-living (22 logements), équipement sportif, salles de séminaires, tables d’hôtes (hiver), événementiel et résidence d’artistes (été) • surfaces : 860 m² shab • client : barges et berges, theop (co-promoteurs) • équipe : nicolas lombardi architecture (architecte co-traitant), brs architectes (mandataires), youri guedj (naval), transsolar (HQE) • mission : concours restreint - Réinventer la Seine • budget : 4,6 m € • performances énergétiques : démarche bioclimatique • calendrier : 2017 - Projet lauréat

Slider

 

Salle d’exposition pour le new KCP - Prague

Le Centre des Congrès de Prague est un bâtiment emblématique de la capitale tchèque, qui jouit d’un panorama unique sur le centre historique et la Nusle Valey. Bien qu’ultra connecté au centre-ville, il n’a pas la visibilité d’un équipement de cette envergure. Autouroute urbaine, échangeurs routiers et ponts piétonniers structurent son territoire.
 
L’extension est conçue comme nouvelle scénographie d’entrée du Palais des Congrès. Situé au sud, le niveau principal de la salle d’exposition est semi-enterré, conçu en «gradins».
 
Deux accès, l’un montant et l’autre descendant, dialoguent avec leur environnement urbain immédiat : au sud, le futur parking souterrain et la rue Na Pankraci; À l’ouest, la route Magistrala (transformée en boulevard urbain) et l’hôtel Corinthia. Ce double jeu d’escaliers assure une inter-connexion totale des deux bâtiments tout en préservant leur indépendance.
 
Sur le toit de la nouvelle salle d’exposition émerge un cylindre de verre et de métal. Ce volume surplombe les zones de réception et de billetterie au niveau inférieur. La forme de ce pavillon fait écho aux dispositifs circulaires présents sur le site : échangeurs, ronds-points et autres rampes d’accès pour les véhicules.
 
La salle d’exposition est un volume mesurant 100 mètres de long sur 50 m de large, et 11 m de haut. 2 rampes piétonnes longent la salle sur deux niveaux, comme prolongement de l’espace de la muséographie.

lieu : palais des congrès de prague • programme : salle d’exposition et parking souterrain de 500 places • surfaces : 5 000 m² su (salle d’exposition) • maîtrise d’ouvrage : moba • équipe : nicolas lombardi architecture (architecte mandataire), cristina ros ballester (paysagiste) • mission : concours ouvert international • budget : 11 millions € • performances énergétiques : nc • calendrier : février 2017

Slider

© nicolas lombardi architecture - 2018 - tous droits réservés - mentions légales